cambonFiche "Mort pour la France"

Cambon Marc Eugène. Félix

grade: aide major de seconde classe

corps 148ème ri

N° matricule

au corps 442, classe 1906

2125 au recrutement de Bordeaux

Mort pour la France le 15 août (le 16) au combat de Dinant, Belgique.

Genre de mort tué à l'ennemi

Inhumé au cimetière de Dinant

Acte de décès dressé par l'officier d'Etat civil du régiment, le sous lieutenant LUX

 

12g cambon

 

 

 

 

 

 

 

 

12ga cambon

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Deux témoins, les soldats Delvaux et Gilliard signent l'acte de décès.

Cambon Marc,

Cambon Marc Eugène, Félix, , est né le 13 novembre 1886  à Bordeaux, département de la Gironde. Fils de Jean Marie  et de dame Coussole Célina.

148ème ri cambon Dinant 1Fiche signalitique dossier officier.

Si sa fiche physionomique de son dossier d’officier le définit comme ayant les cheveux châtain foncé, les yeux châtain, (avec des sourcils drus et foncés)  le front haut et large, un nez rectiligne et un visage étroit,  pour une taille de 1,67m. quelques cicatrices  remarquées  aux sourcils gauche et droit et au milieu du front,

148ème ri, cambon, Dinant 1aSur sa fiche matricule du département de la Gironde,

Outre la mention étudiant, degré d'instruction 5, on constate d'autres différences dans sa physionomie Couleurs des cheveux, forme du visage et du front… aucune cicatrice n’est relevée !

 

Né en 1886, il sera donc de la classe 1906 ! Mais lorsqu’il est appelé avec la classe 06, M. Cambon est étudiant à la faculté de médecine de Bordeaux. Il sollicite donc des sursis pour terminer ses études. Sursis qu’il renouvelle  de 1906 à 1910.

148ème ri, Dinant, cambon 2

148ème ri, Dinaznt, cambon 2aMarc Cambon a fait de brillantes études.

Un prix d' Allemand remporté au concours général des Lycées et collèges des départements en 1903. Il a 17 ans.

 

 

Le 26 mai 1911, (le 13 mai ?) il est  médecin, il renonce à ses sursis et rejoint le 49ème ri comme soldat de seconde classe. Le temps de suivre une rapide instruction militaire, car le 13 mai 1912, il y devient médecin auxiliaire puis mute, le 30 mai 1912, au 12ème ri pour y occuper les fonctions médicales et ce,  à partir du 7 juin. Brièvement car de nouveau il est muté  vers le 24ème ri d’artillerie le 10 décembre 1912. Il y termine son service militaire et, le 13 mai 1913, il passe dans la réserve de l’armée d’active, attaché au 58ème ri.

148ème ri, Cambon, DinantSur sa fiche matricule départementale, une différence de date. le 13 ou le 26 mai 1911?

Toutefois, il ne quitte pas le giron de l’armée et intègre l’école d’application du service de santé militaire en décembre 1913 afin de devenir médecin aide-major de seconde classe. C’est-à-dire comme médecin d’un bataillon.

 

148ème ri Cambon, Dinant 2Un décret du 16 janvier 1914, les élèves de l'école du service de santé militaire, les élèves reçus médecins nommés médecin aide-major.

Sa formation terminée et réussie, il rejoint le 148ème RI, IIIème bataillon du commandant Bertrand, le 5 mai 1914,

Il est présent à Dinant lorsque le 15 août, les Allemands lancent leur première attaque sur la ville. Son équipe médicale s’installe à l’hôpital civil et à fort à faire tant les blessés affluent. Devant la violence de l’échauffourée, les brancardiers ne suivent pas au ramassage des blessés aussi le médecin aide-major Cambon, accompagné d’infirmiers,  décide-t-il d’aller prodiguer ses soins sur le terrain. A peine est-il sorti de l'hôpital qu'une balle le fauche mortellement. Une balle dans le ventre  qui lui perfore les intestins. Par manque de moyens, il ne peut être opéré. Il est conscient que cette blessure si elle n'est pas soignée sera fatale. Le lendemain, il décède d'une péritonite.

 

Documents concernant cet officier.

148ème ri, les blessés, DinantPrésence du docteur Cambon à Dinant le 15 août 14.

 

 

 

 

148ème ri, Dinant, la blessureTémoignage des soeurs dominicaines qui aident le service de santé français

 

 

 

 

 

 

148ème ri, Cambon, blessureSa blessure, intestins perforés, "pérytonite", décédé le 16 août.

148ème ri, inhumé à Dinant, AnseremmeIl sera momentanément inhumé à Dinant.

CaptureCité pour son courage, " a été tué en allant sous un feu violent relever des blessés".

 

 

Le monument aux morts de Bordeaux

148ème ri, Cambon, Bordeaux1

148ème ri, Cambon Bordeaux2

 

 

 

 

 

 

Photos personnelles

 

Sa citation et sa Croix de guerre avec étoile de bronze pour fait de guerre

148ème i, Cambon, Bouvigne

 

148ème ri, Cambon, légion d'honneur

 

 

 

 

 

Sources

Archives de Vincennes, dossiers officier du 148ème ri.

Archives départementales de Gironde, bureau de Bordeaux

Gallica, Journal officiel, 1903

Archives paroissiales de Dinant

CICR, fiche de recherche de prisonniers

Mémoire des hommes, fiche de décès et dossier état civil du régiment

Merci à Mme A. Duchène et MM. M. Bazias et D. Laheyne pour leur "coup de pouce".